Quand je me mets à composer des morceaux.

Ecrire du rap quand ça n'est pas dans vos habitudes, ça n'est vraiment pas facile.
Composer et mixer un morceau non plus, ça n'est pas de la tarte.
Néanmoins, comment résister à l'appel des Sondiers, ce podcast dédié à l'audionumérique, de faire une production sonore pour Noël ?

C'est la 3ème fois que je participe à ce "concours", et autant vous dire que mes 2 premiers sons étaient complètement différents de celui présenté cet année. Jugeons ensemble de mon parcours.

Première année : ça ne devait être qu'une blague.

J'ai présenté un morceau du style "EDM" ("Electronic Dance Music, le genre le plus en vogue aujourd'hui, et que j’exècre pourtant).

Pour tout vous dire, je suis atteint comme nombre de compositeurs en herbe, je tourne très rapidement en rond sur une boucle musicale, sans pouvoir en sortir.

Tout est à base de samples provenant d'une chanson de François TJP ("Puissant Comme Un Tigre", issue de sa fiction sonore "Les Aventuriers").
Pour les besoins de sa fiction sorti l'an dernier, "Les Aventuriers", il a commis ceci:

(j'adore la pochette :))

J'ai rapidement découvert le potentiel caché d'un tel morceau, mais mes piètres talents de producteur m'a vite retiré l'idée de toucher à ce titre.

Et pourtant... Ça me brûlait littéralement les doigts. Après avoir lancé l'idée sur Twitter:

J'ai commencé à m'attaquer à ce remix.
Je voulais quelque chose de volontairement plus mainstream que ce que j'aurai eu l'habitude de produire.

3 versions plus tard et des mois plus tard, j'ai ENFIN réussi à sortir quelque chose de mon DAW (Digital Audio Workstation, ou station de travail audionumérique, comme Ableton Live, Cubase, Reaper...), et dans les temps convenu par le concours des Sondiers.

Le découpage des samples a été plutôt simple (merci Ableton et sa fonction "Warp"), François TJP ayant simplifié les choses en chantant en rythme avec le beat. Le plus compliqué finalement, a été la réinvention complète d'une structure, en s'aidant des samples.

L'ajout final, qui donne une touche plutôt tropical au morceau, vient d'un sample, qui, nettoyé, accéléré et modifié grâce à 2 effets, permet de donner du dynamisme à l'ensemble.

*François TJP - Puissant Comme Un Tigre (BinairBrain Remix)*

A noter, une version énervée de Grushkov (Big City), à 10.000 lieues de ma version, très sympa à écouter dans un post écrit par François TJP, ici.

On est d'accord, c'est gentil, légèrement idiot ou carrément barré, c'est selon, mais surtout, il ne s'agit que d'un gros trip, je ne me suis pas pris au sérieux.
Et en plus, ça reste dans la tête.

Seconde année : je ne suis plus là pour rigoler.

Suivant les tournants qu'ont pris ma vie par la suite, j'ai commencé à sérieusement bidouiller du son, à le mettre en forme, pour sortir ce que j'avais dans la tête.
C'est là qu'est né, de mon esprit "malade", un "Centuries Fogs", complètement IDM pour le coup, terriblement plus froid, sombre et maladif :

*CynistrBrain - Centuries Fogs*

Le pari est réussi, et j'en reparlerai dans un prochain article, puisque ce morceau fait partie d'un projet qui verra très bientôt le jour.

Troisième année : j'explore de nouveaux styles

Et donc cette année ? Il fallait forcément se réinventer, s'essayer à autre chose. Un sample de piano en boucle, un beat fort, et un texte écrit sur le coup de la colère. Voilà comment est né "Mélancolie", un rap contestataire, volontairement "enfonceur de portes ouvertes" mais qui correspondait à ce que je souhaitais exprimer à cette période : une rage, des actions, et une profonde mélancolie de ce qui nous entoure. Je vous en propose l'écoute :

*Morféüs - Mélancolie*

Je ne sais pas si j'ai réellement l'envie de continuer le rap. J'ai d'autres sons en composition, avec lesquels j'ai bien quelques idées de textes, mais rien de concret.

La production de morceaux me sied davantage que d'écrire un texte.
Autant, le premier morceau n'était qu'un amusement (et je remercie François de m'avoir fourni les éléments sonores), mon évolution a été assez nette.
Même si la musique doit être source d'amusement et d'humour, ce que j'ai dans la tête ne correspond pas toujours à cet état d'esprit. Les 2 dernières compositions le prouvent, ma musique n'est plus là pour rigoler, bien au contraire, elle doit raconter des histoires, se nourrir de l'existant, du présent et des gens qui m'entourent. Je ne renie bien évidemment pas mon premier morceau (surtout qu'il a été faite sous une contrainte de temps), mais ce temps est bel et bien révolu.

Place à la réflexion, l'introspection et la réflexion d'une époque qui va finir par nous échapper si nous ne faisons rien.

Redscape